Doorzoek volledige site
30 september 2016

Maison portuaire à Anvers (Zaha Hadid Architects)

Illustratie | Tim Fisher
Illustratie | Tim Fisher
Illustratie | Tim Fisher
Illustratie | Tim Fisher
Illustratie | Tim Fisher

Les nouveaux bureaux de l'entreprise portuaire d'Anvers flottent au-dessus de l'ancienne caserne des pompiers, tels un diamant étincelant. Zaha Hadid Architects a remporté le concours avec un nouveau siège matérialisé par une extension résolument verticale au-dessus d'un immeuble monumental. Bien qu'on ne puisse imaginer contraste plus important entre neuf et ancien, le projet est basé sur une minutieuse analyse historique menée par ZHA et Origin.

 

L'ancienne caserne des pompiers dans laquelle l'entreprise portuaire est aujourd'hui installée, fut conçue comme une réplique de la Hanze Huis dans la partie du port Kattendijk, détruite par les flammes en 1893. En raison de l'aspect omnidirectionnel généré par quatre façades équivalentes, ZHA opta pour une extension non pas horizontale, mais verticale. De plus, le concept de départ prévoyait une tour qui n'a pas été réalisée. Cet 'audacieux geste vertical', comme le bureau appelait la tour originale, a reçu avec l'extension actuelle une nouvelle interprétation.

 

Façade

Le nouveau volume est suspendu librement au-dessus du bâtiment existant, avec la pointe tournée vers l'Escaut comme la proue d'un navire. Des éléments de façade triangulaires tantôt transparents tantôt opaques reflètent les couleurs changeantes du port et du ciel. Des surfaces plates et ridées alternent comme des vagues sur l'eau. Enorme diamant brillant au soleil, le bâtiment évoque clairement le commerce anversois.

 

Deux mondes

La structure du nouveau volume repose sur un certain nombre de colonnes. Le pilier en béton creux du côté sud de la façade devient pont extérieur avec vue sur le port, et sert également de voie d'évacuation. La cour intérieure du bâtiment existant se mue en atrium couvert pour dévenir le nouveau hall d'entrée. De là émergent des colonnes obliques à travers le verre et partent des ascenseurs vers le nouveau volume. Le fait que la face inférieure de celui-ci soit traitée comme une 'sixième façade' accentue encore le fossé entre ancien et nouveau.  Les vues presque surréalistes qui en découlent démontrent une fois de plus le regard visionnaire de l'architecte récemment décédée.