Doorzoek volledige site
05 september 2018 | PHILIPPE SELKE

Loger les sans-abri dans des habitats modulaires en valorisant les friches urbaines

Le module de 25 mètres carrés développé pour l'asbl Infirmiers de rue dans le cadre du projet 400toits Illustratie | www.waldcube.be (c) Adelin Leclef
Le Wald-cube original, disponible en plusieurs versions, avec ou sans étage, avec une surface habitable allant de 25 à 63 mètres carrés, sans compter la terrasse Illustratie | www.waldcube.be (c) Adelin Leclef
Illustratie | www.waldcube.be (c) Adelin Leclef
Vue 3D des déclinaisons du module de 25 mètres carrés proposé dans le cadre du projet 400toits Illustratie | www.waldcube.be (c) Adelin Leclef

Avec l’installation de deux logements déplaçables et de qualité sur un terrain en attente de développement immobilier, la Campagne 400Toits, en partenariat avec citydev.brussels, lance un projet pilote innovant. Le projet est destiné à créer rapidement des solutions de logement pour des personnes sans-abri. Il devrait susciter l’intérêt d’investisseurs, des pouvoirs publics et de propriétaires de terrains non bâtis et permettre de multiplier dans de brefs délais le nombre de logements disponibles.

 

La campagne 400Toits a décidé de développer un volet « habitat modulaire et mobile » afin de valoriser les friches et terrains non bâtis pendant les phases de veilles. Les logements modulaires du 400Toits sont un projet d’inclusion sociale et de rénovation urbaine. A travers le relogement accompagné de personnes sans-abri, les associations membres de 400Toits veulent contribuer significativement à la fin du sans-abrisme sur Bruxelles. Par la même occasion, les logements modulaires déplaçables de qualité permettent d’utiliser des espaces temporairement disponibles pour créer du logement et pour revitaliser déjà, en attendant leur aménagement, des zones qui représentent sinon des espaces morts, sources d’insécurité et d’un sentiment d’abandon. Deux associations de 400Toits sont particulièrement engagées dans cette action : Infirmiers de rue et Habitat & Humanisme.

 

Trois types de logements modulaires 

Habitat & Humanisme porte le projet « Moving Nest », un module de 26m² habitables, transportable sur camion (depuis la Bretagne) avec un délai de construction d’un mois et une enveloppe budgétaire pour la construction de 20 000 € HTVA hors transport, hors raccordements. Infirmiers de rue portent quant à elle deux projets : un module type « Wald-Cube », offrant un logement individuel écologique, aux parois passives, de fabrication locale (région de Hannut) et économiquement accessible, le tout dans une enveloppe budgétaire pour la construction de 35 000 € HTVA transport compris, hors raccordements. L'association porte aussi le projet d'un type « At Home », un petit immeuble collectif de 4 logements – container maritime », retenu pour son procédé de construction industrielle éprouvée (économie sociale) d’une surface de 26m² minimum par logement avec un délai de construction de trois mois et une enveloppe budgétaire pour la construction de 206.000€ par immeuble (51.000€ par logement).

 

Zoom sur le Wald-Cube

Architectura a contacté l'architecte Adelin Leclef (ALTAR architecture), initiateur du Wald-Cube, pour en savoir davantage sur la genèse et les caractéristiques de ce projet. Après avoir conçu en 2008 une paroi isolée de paille répondant à des nombreux critères écologiques et passifs, s'est posée à l'architecte la question de savoir comment la mettre en fabrication de manière industrielle. Sur base des réflexions menées au niveau d'un groupe de travail local, l'idée a germé de concevoir un module d'habitation fabriqué par la coopérative EcoLodge scrl. Le souhait était (et demeure) très clairement de démocratiser la construction, de rendre accessible le logement écologique et passif, en standardisant et en utilisant des matériaux locaux de qualité à des prix intéressants. L’objectif étant alors d'avoir un gros œuvre fermé fini (intérieur et extérieur) aux alentours des 1000 euros le mètre carré HTVA. Le module, créé au départ pour répondre à un concours d'architecture, avait pour fonction d'être un gîte. De fil en aiguille, le module a trouvé d’autres usages suivant les besoins des clients : classe d’école, salon de coiffure, habitat groupé, … Adelin Leclef : «Alors qu'il existe une demande croissante de logements de taille plus modeste, notamment chez les personnes âgées, les familles monoparentales et les jeunes qui débutent dans la vie active, nous nous heurtons trop souvent à la frilosité de certaines communes en matière d'urbanisme. S'agissant du projet 400toits, nous avions communiqué sur un module de 25 m2. Les Infirmiers de rue nous ont contactés et notre prototype a été construit pour eux. Ce modèle est plus simple que le Wald-cube original, et j’espère qu’on va le faire évoluer. Séjour avec un coin-cuisine, un lit, une petite salle de bains avec toilette. Il s'agit en réalité de deux modules de 12,5 m2 accolés, dont on peut choisir la couleur de bardage si l'on ne souhaite pas laisser le bois apparent.»

 

Exploiter les sites en attente de développement immobilier

Les deux modules, installés pour trois mois sur un terrain de City.dev à Bruxelles, seront utilisés pour être présentés à toute personne intéressée. Dès qu’un terrain sera disponible pour une durée minimum de 24 mois, la Campagne 400Toits attribuera ces logements, ainsi que ceux à venir, à une association partenaire qui y placera une personne sans abri. L’occupation temporaire des bâtiments et sites dont elle est propriétaire permet à citydev.brussels de contribuer à la vitalité créative des acteurs culturels, sociaux ou économiques dans la ville, en particulier dans des quartiers où un processus de revitalisation est nécessaire. Dernièrement, nous évoquions déjà le projet mené dans le même esprit par l'institution publique pararégionale avec Entrakt.