Doorzoek volledige site
15 februari 2016 | PHILIPPE SELKE

GPAW 2015 : Réhabilitation d’une ferme patrimoniale en centre pour artistes (Arcadus)

Illustratie | Serge Brison
Illustratie | Serge Brison
Illustratie | Serge Brison
Illustratie | Serge Brison
Illustratie | Serge Brison

Autrefois propriété des Châtelains de Beauregard, cet ensemble patrimonial appartient à un site classé comprenant le château de Froyennes, une ferme, un moulin à eau et son étang. La ferme du Moulin Seigneurial comprend des parties datant de 1773, du XVIIIe et de la seconde moitié du XIXe siècle. L’activité de la ferme ayant cessé depuis de longues années, l’état de délabrement des couvertures et charpentes vouait l’ensemble à une mort lente. Le meilleur moyen de réhabiliter et de révéler cet héritage précieux était de lui associer une nouvelle affectation ouverte au public. Avec ce beau projet, Arcadus a remporté le Prix du patrimoine au Grand Prix d'Architecture wallone 2015.

La volonté des Maîtres d’ouvrages est en effet d’inviter de petites troupes, des artistes en résidence, de passage entre deux représentations, pour les amener à se rencontrer mais également pour faire connaissance avec la population tournaisienne, avec les traditions locales, dans un ensemble patrimonial de qualité.

Un relevé complet des ouvrages existants et un état des lieux sanitaire précis ont été nécessaires pour identifier les priorités de façon à préserver le bien dans son ensemble. Il comprend une salle de représentation et/ou d’exposition dans la grange, des espaces communs tels que salle à manger, cuisine, coin feu avec bar dans le logis, un gîte autonome et des chambres dans les étables, des ateliers avec dortoir et coin lecture pour les plus jeunes aux étages ainsi qu’un lieu de séminaires.  Pour abriter la partie administrative, le fournil s’étant effondré durant les phases de chantier, nous lui avons substitué un nouveau volume, identique en gabarit et forme, mais d’une matérialité contemporaine en bois ajouré. Le cœur de la cour est occupé par un podium pour accueillir des représentations extérieures.

L’intervention architecturale s’est limitée à retrouver le caractère originel des ouvrages en éliminant les interventions inadaptées qui dénaturaient l’ensemble pour conserver au maximum les éléments authentiques tout à rehaussant le niveau de confort général pour le mettre au diapason des normes actuelles (isolation thermique, installations de chauffage et ventilation discrètes, signalisation de sécurité, etc).

Une grande attention a été portée à la réversibilité des actes posés : l’ensemble des nouveaux dispositifs mis en place peut être démonté à tout moment sans endommager ou dénaturer les éléments existants.

L’ensemble de ces préoccupations offre une lecture claire et sans ambigüité des diverses évolutions stylistiques que la ferme a traversées au cours du temps jusqu’aux interventions contemporaines.

Les ouvertures des baies de l’étable ont été agrandies, taillées dans la maçonnerie et habillées par de l’acier, les circulations verticales sont clairement identifiables comme autant d’interventions discrètes et respectueuses de la valeur patrimoniale de l’édifice.

 

Cet article est paru dans le dernier numéro de la revue architrave.