Doorzoek volledige site
27 november 2017 | PHILIPPE SELKE

Le Prix Duyver 2017 pour l'antenne administrative de Molenbeek

Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty
Illustratie | studio fiftyfifty

Le Prix Duyver de la Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI) de l’UCL, distingue des réalisations architecturales de haut niveau.  Selon les sessions, il récompense soit une réalisation architecturale ou urbanistique, soit un travail de recherche ayant trait aux domaines de l’architecture ou de l’urbanisme. Cette année, il a été attribué à l'antenne administrative de la commune de Molenbeek-Saint-Jean, rue Charles Malis. Cette réaffectation d'une ancienne usine de cigarettes est l'oeuvre des architectes Sébastien Dachy (MAMOUT) et Stéphanie Willocx, ainsi que LD2 (association momentanée).

 

Le Prix

Le Prix Duyver de la faculté LOCI-UCL, est décerné par l’a.s.b.l. « Charles Duyver » fondée en 1986. Celle-ci perpétue le souvenir de l’architecte Charles Duyver qui a exercé pendant 50 ans les fonctions d’architecte et d’enseignant à l’Insitut Supérieur d’Architecture Saint-Luc à Bruxelles dont il devient le directeur de 1970 à 1979. Très tôt, il s’implique avec beaucoup de zèle dans la défense et l’évolution de la profession d’architecte en assumant, entre autre, le rôle de Président du Conseil National de l’Ordre des Architectes.
Le Prix Duyver 2017, est décerné à un(e) architecte, et/ou architecte-enseignant, et/ou architectechercheur ou un urbaniste, auteur ou co-auteur de l’oeuvre primée, et diplômé(e) par la Faculté LOCI-UCL (ou par une des quatre institutions fusionnées en son sein).

 

Le projet primé

L’antenne administrative de la commune de Molenbeek-Saint-Jean résulte de la transformation d’un ancien site industriel. Elle comprend une salle d’attente, 12 guichets et des bureaux d'administration. Le bâtiment existant faisait autrefois partie d'un large complexe de production de cigarettes. En grande partie démoli, il reste aujourd'hui deux volumes le long de la rue Charles Malis. Ces deux volumes présentent chacun une identité spatiale propre matérialisée par des structures en béton distinctes. Une façade en pierre bleue et en briques ornementales les relie, leur conférant ainsi une unité dans leur diversité. La proposition tire profit de ces éléments en intégrant le programme dans une disposition fluide et logique, sans altérer la structure existante.  

Une attention particulière est portée sur la conservation de la structure existante en béton et de la façade ornementale à rue. Certains matériaux proviennent du réemploi en économie circulaire comme les pavés de sol et les luminaires provenant de chez ROTOR. L’architecture du passé, et spécialement les constructions industrielles, peuvent survivre grâce à leur adaptabilité. Face à ces éléments structurels qualitatifs de l’architecture (colonnes, poutres et fermes en béton), le programme se met en place dans une disposition spatiale évidente. L’architecture puise dans son passé les bases de son futur.

 

La motivation du jury

Philippe Madec, Président du Jury, a motivé le choix de ce projet comme suit : « L’installation de l’antenne administrative de la commune de Molenbeek-Saint-Jean dans l’ancienne cigaretterie rue Charles Malis est exemplaire à plus d’un titre. Du point de vue programmatique, elle choisit la reconversion d’un patrimoine industriel de qualité pour accueillir un équipement public de proximité, expression vertueuse d’une approche associant culture, précaution sociétale et durabilité. Du point de vue de la réalisation, elle fait le choix d’une organisation attentive des usages, fluide pour le public et les agents, aisée pour leur rencontre. S’y ajoute une écriture architecturale claire, lumineuse et respectueuse de l’identité spatiale et tectonique des bâtiments existants.
Elle fait montre tant de leur adaptabilité que de leur capacité à accepter une ambition éco-responsable au-delà du seul respect des règles énergétiques (ici, très basse énergie) : récupération des eaux de pluie, réemploi de matériaux, végétalisation, qui aide à la qualité spatiale et au confort de vie des usagers. »