Des visites guidées dans le cadre de l'archiweek

Organisée depuis 2019 par Urban en Région de Bruxelles-Capitale, l’archiweek, a pour vocation de sensibiliser et initier le public à l’architecture contemporaine de qualité. À l’occasion de cette quatrième édition, qui aura lieu du 15 au 23 octobre 2022, des visites guidées, des promenades à pied et à vélo, des portes-ouvertes d’agences d’architecture, des colloques, des ateliers pour les familles et des conférences, organisés par Urban et ses partenaires, seront accessibles gratuitement pour toutes et tous.

Point d’orgue de l’archiweek, les visites multilingues (FR, NL, EN) d’une vingtaine de réalisations contemporaines se dérouleront, cette année, durant le week-end des 22 et 23 octobre 2022 et seront assurées par les asbl Arkadia et Korei. Le même week-end, Urban vous ouvrira également les portes de bâtiments récemment réalisés et offrant pour certains un panorama exceptionnel sur la ville. Le public pourra par ailleurs entrer dans plusieurs agences d’architecture en Région bruxelloise, qui ouvriront spécialement leurs portes à l’occasion de l’archiweek afin de présenter leurs meilleures réalisations et le métier d’architecte.

Cette année encore, trois journées « sustainable architecture », organisées en collaboration avec Archi Urbain, permettront au public de visiter des projets ou chantiers de réalisations durables en Région de Bruxelles-Capitale.

Le thème : Bruxelles la mi(en)ne. La ville, une carrière regorgeant de matériaux de construction

À notre époque de crise climatique et de pénurie de ressources naturelles, il est urgent de considérer avec regard critique l’utilisation des matériaux dans l’architecture contemporaine. Beaucoup de techniques d’exploitation et de processus de production intervenant dans la préparation des matériaux sont dévoreurs d’énergie et polluants. Le secteur de la construction contribue de matière très importante au changement climatique dans lequel nous entrons. Il importe dès lors de forger de nouvelles visions d’avenir et que l’architecture se donne pour tâche de proposer des alternatives durables pour faire, elle aussi, la différence.

 

Une riche histoire

 

Bruxelles possède une riche histoire (et un avenir prometteur !) pour ce qui est de la gestion des matières premières présentes dans la région. Le territoire bruxellois comptait naguère différentes carrières dont on tirait du sable, de l’argile, de la pierre – il suffit de songer au quartier du « Sablon », ou « Zavel » en néerlandais, deux anciens mots désignant un sable limoneux. Les journées de l’architecture de l’archiweek 2022 seront l’occasion de faire connaître des projets contemporains, mais aussi des réalisations historiques, qui pourront servir de sources d’inspiration pour une utilisation circulaire et locale des matériaux. Un bel exemple en ce sens est l’abbaye du Rouge-Cloître, édifiée à un endroit où l’eau, le bois, la pierre, le sable, l’argile et la chaux étaient disponibles à proximité.

 

En nous attachant aux matières premières présentes à Bruxelles, nous voulons offrir des clés de solutions en vue d’une transition écologique, économique et sociale. Lors de l’archiweek 2022, nous entendons ainsi permettre une « lecture » de Bruxelles sous l’angle de ces matières premières qu’elle recèle. Nous vous invitons à parcourir la ville en regardant son environnement construit et les paysages alentour comme un immense dépôt de matériaux. Vous découvrirez des projets architecturaux historiques et contemporains qui tirent pleinement parti des matières premières locales, sans que la beauté ne cède à la durabilité.

 

Les matériaux de construction durables peuvent être répartis en trois catégories.

 

Geo-sourcing

 

Les matériaux géosourcés sont les matières premières minérales que l’on trouve à l’état naturel dans le sol, comme le sable, l’argile ou la pierre. Par le passé, ces matières premières, exploitées localement, constituaient les principaux matériaux de construction. Mais aujourd’hui aussi, la terre des déblais des chantiers bruxellois peut être revalorisée en tant que matériau de construction. Ces matières premières, disponibles localement, peuvent être transformées en matériaux de construction par des producteurs locaux avec une faible incidence sur l’environnement. C’est ainsi par exemple que Bruxelles est construite sur de grandes couches géologiques contenant des ressources précieuses telles que des sables bruxelliens et de l’argile ypérien.

 

Bio-sourcing


Les matériaux de construction biosourcés ont une origine biologique et renouvelable. Ces matières premières peuvent être cultivées, récoltées ou moissonnées dans des délais de production réduits ; comme elles croissent en permanence, elles forment une source constante de richesse naturelle. Pensons au bois, à la paille, à l’herbe, au chanvre, aux algues…, En exploitant de manière réfléchie cette « mine à bois » et à fibres ligneuses, nous disposons d’une « carrière » locale qui fournit de manière durable des matériaux de qualité en abondance.

 

Urban-sourcing

 

Les matériaux « urbain-sourcés » (issus du recyclage urbain) sont ceux déjà présents dans des bâtiments existants et dont la production, le transport et la mise en place s’est déjà accompagnée d’une importante consommation d’énergie. Bruxelles possède un patrimoine construit très riche, recelant une énorme quantité de matériaux de qualité. En les « récoltant » lors des rénovations ou des démolitions, nous nous donnons un accès direct à des matériaux de construction présents localement et qui ne demandent pas l’ouverture de nouvelles carrières ou le lancement de nouveaux processus de production. Cette véritable banque de matériaux recèle des composants et des éléments constructifs « vintage », dont l’impact environnemental est nettement inférieur à celui des matériaux neufs.

 

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage