Els Kuypers (OSAR architects) sera l'une des intervenantes d'Inspirium

Où les architectes puisent-ils leur inspiration, leur créativité, afin de repousser les limites des formes et de la matérialité ? Cette question sera au centre des débats lors d’Inspirium, un évènement unique organisé par Design Express. C’est dans le centre Elisabeth d’Anvers qu’il se tiendra le 13 septembre 2022. Six architectes y parleront de ce qui les anime, ce qui les motive et leurs sources d’inspiration. Els Kuypers en fera partie, elle qui, avec son bureau OSAR Architects, tente d’être la voix des personnes vulnérables de notre société.

Avec des projets révolutionnaires tels que celui du nouvel hôpital Jessa à Haselt (réalisé en collaboration avec les architectes Robbrecht et Daem) ou encore le projet Astor à Geel, OSAR architects se spécialise dans l’architecture dans le secteur des soins de santé. Pour Els Kuypers, deux sources d’inspiration arrivent en priorité : la vulnérabilité et la manière dont elle affecte une vie et son environnement.

« Ce qui nous inspire le plus, ce sont les petits gestes du quotidien : boire un café au soleil, regarder un paysage arboré, choisir ses vêtements dans son dressing. Notre attention se porte sur la façon dont ces gestes quotidiens sont illuminés par des éléments comme la musique, une belle lumière ou un oiseau qui chante. Ce qui me frappe, c’est la manière dont l’attention portée à ces actes disparaît lorsqu’il existe une certaine vulnérabilité qui la rend impossible à vivre chez soi. Si vous vivez dans un centre de soins, si vous êtes hospitalisé ou si vous partagez votre vie avec d’autres personnes dans un centre d’accueil, ces petits plaisirs disparaissent rapidement. Ils sont même supprimés au fur et à mesure que le système de santé et la cohabitation forcée prennn le dessus. Vous perdez votre sentiment d’appartenance et, pire, votre sentiment de liberté. Cette liberté de choisir les endroits où vous voulez aller, ce que vous désirez boire, ou manger, d'écouter de la musique ou encore de chanter à voix haute. »

Inspirée par ses expériences

Ce sentiment d’inclusion, d’appartenance, est le point de départ de chaque nouveau projet entamé par Els Kuypers et son équipe. « Au début de chaque projet, nous avons l’habitude, chez OSAR, d’être en empathie avec le groupe ciblé par la conception. Il en résulte toujours une expérience particulière qui surpasse la lecture d’un cahier des charges ou d’un texte en expliquant la vision », dit-elle. « Par exemple, nous avons tour à tour passé quelques jours dans une prison, un centre de pédopsychiatrie, un centre de jeunesse, un centre de soins résidentiel, etc. Nous rapportons même l’expérience ressentie lors de nos propres traitements ou séjours à l’hôpital. Ce sont ces visites intensives, dans des infrastructures souvent anciennes, qui nous apprennent beaucoup sur l’impact que peut avoir la nécessité de recevoir des soins sur la vie d’une personne ».

Le fait qu’Els Kuypers trouve principalement son inspiration dans ces expériences, et la façon dont l’espace peut les influencer, n’est pas surprenant. « J’aime regarder autour de moi, voir comment les choses fonctionnent, ce qui est utile ou non. Comment les gens s’assoient-ils dans un train ? Comment est-ce qu’ils traversent une place ? Lorsque je voyage, je ne vais regarder les perles architecturales d’un quartier en premier lieu. J’observe tout d’abord comment et pourquoi un environnement a un effet calmant ou dynamique. Je peux me promener durant des heures dans des villes, ou des paysages qui m’inspirent, et ce, pour ma propre compréhension du design ».

L'exemple écossais

Des projets concrets, ou des designers, peuvent également inspirer Els Kuypers, comme les Maggie Centers près d’Edimbourg et de Glasgow, en Ecosse. Il s’agit de centres, situés à proximité des hôpitaux, qui accueillent les patients atteints d’un cancer, mais cela va cependant bien au-delà de l’aspect médical. « C’est un excellent exemple. On peut y observer la manière dont l’architecture et la perception du paysage soutiennent la façon de prodiguer des soins. Les deux vont de pair et se renforcent mutuellement », déclare Els Kuypers.

« D’un point de vue international, nous sommes tombés amoureux professionnellement de l’architecte londonienne Mary Duggan. Dans son univers, le temps semble s’écouler plus lentement que celui du monde dans lequel nous vivons. La manière dont elle se préoccupe des espaces, de l’utilisation de la couleur et des détails, c’est une qualité que nous lui envions sans la moindre réserve ».

Un terrain de jeu architectural

Nous avons aussi demandé à Els Kuypers quel était le projet préféré d’un confrère architecte qui n’a pas encore reçu l’attention qu’il mérite. Elle a désigné un projet qui lui est familier, puisqu’il se trouve chaque jour sur son chemin, lorsqu’elle conduit ses enfants à l’école. Il s’agit de la Villa Kameleon de FELT architecture & design. « C’est l’une des réalisations les plus récentes de l’ASBL Monikkenheinde, un vrai terrain de jeu architectural. Il a été imaginé et érigé avec la participation de 51N4E, d'UR Architects ou encore des anciens architectes de Huiswerk.

La Villa Kameleon est située dans les bois, au milieu de maisons familiales. Pour Els Kuypers, sa localisation parmi les arbres, l’utilisation de la couleur et le soin tout particulier apporté au détail en font la plus belle maison de la rue. « C’est un projet pour des patients souffrant d’un handicap mental. Il montre littéralement que les personnes présentant une certaine vulnérabilité méritent le plus bel endroit possible ». Pour E. Kuypers, il s’inscrit dans une série de projets dans le domaine de la santé sur lesquels FELT travaille, tout en accordant une grande attention à la matérialisation et aux détails. « Les questions qu’ils se posent et les réponses spatiales qu’ils cherchent sont semblables à ce que nous recherchons », termine-t-elle.

Els Kuypers sera l’un des six architectes néerlandophones invités à prendre la parole à Inspirium : Imagine Architecture. Rendez-vous le 13 septembre 2022 pour la retransmission en direct du centre Elisabeth d’Anvers. Pour y assister, inscrivez-vous ici.

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage