Doorzoek volledige site
07 juli 2021 | MICHEL CHARLIER

Un hall sportif flambant neuf à La Marlette (Ledroit Pierret Polet Architectes)

Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret

Le centre de La Marlette se situe en lisière du parc industriel de Seneffe, du bois de la Bomerée et du canal Bruxelles - Charleroi. C’est un site charnière entre trois éléments : l’eau, l’espace industriel et agricole, l'espace forestier. Il est composé de différents bâtiments épars. La Fédération Wallonie-Bruxelles a confié au bureau Ledroit Pierret Polet Architectes la restructuration globale du site, englobant la démolition et la reconstruction du hall omnisports et du hangar à bateaux et l'adaptation du bâtiment accueil et de la maison du directeur.

 

Répartis sur le site, on trouve une conciergerie, la maison du directeur, des hébergements pour les stagiaires et les moniteurs, un bâtiment d'accueil qui comprend un restaurant et l'administration, un hangar à bateaux, un hall des sports et des terrains de sports extérieurs. Les bâtiments s'organisent en grappes, éparses, comme sur un campus. 

L'importance des vides et de chaque typologie

« Les vides entre les bâtiments sont prépondérants », explique Vincent Pierret, l'architecte du projet. « Ils définissent le paysage, les cheminements et les espaces appropriables pour la pratique du sport et les rencontres. Notre étude nous a amené à réhabiliter le bâtiment accueil, les hébergements et la maison du directeur et à reconstruire le hall sportif et le hangar à bateaux, complètement obsolètes. Bien que chaque bâtiment assume sa propre typologie, les bâtiments conservés et les nouveaux bâtiments forment un ensemble homogène. L’implantation des bâtiments autour de deux placettes fonctionne relativement bien au regard de plusieurs facteurs ; lisibilité du site, les parcours et des fonctions, la protection/appropriation du chemin de halage, le contrôle social, les multiples possibilités d’activités en plein air, les vues diversifiées sur le plan d’eau ainsi que sur le paysage environnant. L’unité architecturale souhaitée permet en même temps de différencier les bâtiments selon leur fonction. »

Vincent Pierret évoque pour architectura les trois éléments-phare de ce projet : le hall sportif (phase 1), le bâtiment accueil et le hangar à bateaux (phase 2).

Un nouveau hall sportif

Le nouveau hall omnisports réunit des fonctions différentes : la salle omnisports, la tour d'escalade, la salle de mise en condition physique, et deux salles de classes, en plus des vestiaires, du hall /cafétéria et des rangements nécessaires au bon fonctionnement de cette structure sportive. La salle omnisports communique avec la placette sportive et le canal par un jeu de transparence, à travers les salles de classes et la cafétéria. Vincent Pierret : « Les orientations de la salle sont travaillées vers chaque point cardinal : elle donne à l'Ouest et à l'Est sur des espaces intérieurs (rangements, tour d'escalade et salle de musculation) offrant aux joueurs de chaque équipe une perception tout à fait symétrique de l'espace, au Sud, par une fenêtre horizontale basse, sur une frange boisée, au Nord vers le ciel, par des grandes fenêtres apportant une lumière douce et constante. »

Le bâtiment accueil, symbole du site 

« Bien que son fonctionnement soit actuellement obsolète, sa typologie, avec ses grandes pièces en belvédère à l'étage, reste impressionnante et agréable. De plus il est à l'origine de l'implantation et est resté, jusqu'à aujourd'hui, le symbole du site ; à ce titre, il est un élément important dans la mémoire collective. Nous renforçons la fonction d'accueil du bâtiment en évacuant toutes les fonctions annexes qui n'entretiendraient pas de lien avec cette fonction. Sont donc sortis de l'édifice, le logement du concierge, la voilerie, les classes et les ateliers, à l'avantage des locaux administratifs et bureaux, du restaurant, de la cuisine, et des zones de foyers. Cette réorganisation des fonctions nous permet de conserver les belles salles avec le balcon et la vue panoramique sur l'eau, toute la structure, une grande partie des façades, et la chaufferie. C'est une rénovation lourde qui prend garde à préserver le plus possible les éléments architecturaux existants. »

Le hangar à bateaux, économique et préfabriqué 

« Il est conçu comme un hangar industriel : une grande structure rationnelle, tramée portant une toiture légère abritant des intempéries les bateaux ou locaux situés en dessous. Les éléments de façades sont des éléments de remplissage en acier laqué blanc ou en bois ; parfois ajourés pour laisser passer l'air ; parfois pleins permettant le contreventement de la structure et l'isolation des parties chauffées. La toiture se développe sur un plan carré, et englobe sous une forme géométrique simple des espaces radicalement différents : hangar à bateaux en double hauteur, voilerie et ateliers en simple hauteur, vestiaires et bureaux sur deux niveaux. Les volumes chauffés viennent se glisser sous la toiture et entre les structures en toute indépendance, sans interrompre le rythme imposé et répétitif. Certaines faces sont pourvues de grands ouvrants industriels de telle sorte que le bâtiment puisse  être traversé. Les bateaux sont ainsi intégrés au site et font partie du cheminement. »

Aspects durables et circulaires

Des éléments d'économie circulaire ont été intégrés dès la conception du projet : systèmes constructifs simples et rationnels par poteaux-poutres permettant une évolution future des bâtiments, choix de matériaux de construction écologiques (et parfois locaux, comme les briques) non nocifs, résistants à l'usure, facilement recyclables et dont le bilan carbone est le plus positif possible, préfabrication des structures et des remplissages, gestion des déchets ...

Quant aux aspects durables et écologiques, ils se trouvent au niveau de la construction - châssis bois PEFC, isolation écologique, gestion de la surchauffe par des moyens architecturaux, limitation de la consommation par sondes CO2, détecteurs de présence et sondes crépusculaires ... - mais également dans le projet global de restructuration et dans les traitement des abords : diagnostic soigneux des éléments paysagers en place, renforcement des écosystèmes existants grâce aux haies mélangées et à la plantation d'arbres indigènes, réduction des surfaces imperméables, noues d'infiltration et bassin de rétention des eaux pluviales, mais également formation des utilisateurs pour un usage optimal des équipements mis en place et sensibilisation aux économies d'énergie.

 

GERELATEERDE DOSSIERS