Le plus grand projet d'habitat groupé belge sur un site industriel gantois

D'ici 2020, Gand verra la naissance du plus grand projet d'habitat groupé en Belgique : le 'Bijgaardehof’ comptera 57 logements et un centre de santé. Le bureau Bogdan & Van Broeck est auteur du masterplan, associé notamment à VK Architects & Engineers, également en charge de l'optimalisation énergétique.

 

Le projet est situé à Sint-Amandsberg, sur un site où était installée jusqu'en 1997 l'usine métallurgique Malmar. Un parc, un lotissement et une crèche y avaient déjà pris place. A présent, c'est l'usine elle-même qui est réaffectée. La parcelle ne se prêtait pas bien à un lotissement classique mais semblait par contre adaptée pour la construction de volumes résidentiels compacts entourant un jardin commun. Au final, ce seront 57 logemements qui verront le jour, répartis entre trois ou quatre projets d'habitat groupé.

Bijgaardehof  est un projet entièrement neuf, mais le passé industriel du site n'est pas oublié pour autant. Les briques et toits en shed caractéristiques ont été soigneusement intégrés dans un look comtemporain. 

 

Cinquante réunions

Les futurs habitants et utilisateurs ont eu leur mot à dire. En 2015, sogent (la régie autonome de débeloppement urbain de la ville de Gand) est partie à la recherche de personnes et associations qui souhaitaient collaborer à ce projet. Plus de 70 personnes se sont alors montrées intéressées à venir habiter sur le site. Les candidats retenus ont contribué activement à la réalisation du masterplan : lors de plus de cinquante réunions, ils ont donné leur avis sur des aspects tels que les espaces partagés, le parking et la performance énergétique à atteindre.

 

Dispositif de mesure durabilité des quartiers

Un groupe de travail spécifique a été créé autour des aspects de durabilité. VK a appliqué le dispositif de mesure durabilité des quartiers (Duurzaamheidsmeter Wijken). Ce dispositif permet d’établir une définition claire de la durabilité, pour une meilleure qualité pendant la construction. De plus, une approche intégrée guide la réalisation du projet, avec des mesures et des points de départ cohérents.

Ces mesures, en utilisant notamment des énergies renouvelables et un réseau thermique, limitent la demande nette d’énergie des bâtiments à 20 kWh / m². Sur une base annuelle, la consommation d’énergie primaire non renouvelable de la communauté reste inférieure à 70 kWh / m² / an.

Les travaux devraient débuter en 2018 pour permettre l'enménagement de 57 familles dans leur nouveau logement dès 2020.

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage