Doorzoek volledige site
28 mei 2014

Inauguration d'une nouvelle prison à Leuze-en-Hainaut

Après Marche-en-Famenne, Beveren et Gand, c'est Leuze-en-Hainaut qui a vu ce 20 mai 2014 l'inauguration d'un nouveau centre pénitentiaire, d'une capacité de 312 places, qui se veut "à caractère humain". La Régie des bâtiments en est le maître d'ouvrage, tandis que la conception et la réalisation ont été confiées à un consortium dont font partie les bureaux Assar Architects, Storimans Wijffels Architecten et DDS&Partners Architects.

 

PPP et DBFM

L'administration fédérale a opté pour la construction de quatre nouvelles prisons (Termonde, Beveren, Marche-en-Famenne et Leuze-en-Hainaut) dans le cadre d'un partenariat public-privé moyennant une convention DBFM (Design – Build – Finance – Maintain). Le partenaire privé assure les frais de construction (TVA incl.) et le financement du projet. Il met le bâtiment à la disposition de l'état fédéral pendant 25 ans qui, en retour, paie une indemnité de disponibilité. A la fin du contrat, la prison est gratuitement rétrocédée à l'Etat belge.

La Régie des Bâtiments et le SPF Justice ont organisé un concours auquel des consortiums, qui comptaient dans leurs groupes des bureaux d'études, des entrepreneurs, des financiers et des entreprises d'entretien, pouvaient s'inscrire. Pour la prison de Leuze-en-Hainaut, 12 consortiums se sont portés candidats. Seuls les 5 meilleurs ont été sélectionnés pour la phase suivante de la procédure de négociation.
Finalement, c’'est l’'offre du consortium FPR Leuze (Cordeel – Cofinimmo – Willemen) qui a été retenue pour réaliser la prison de Leuze-en-Hainaut. L'équipe DBFM se compose de : Assar Architects, Storimans Wijffels Architecten, DDS&Partners Architects, Arch & Teco, Spie, JNC et Aries Consultants pour le volet Design, Cordeel, Willemen, Socotec, Pirnay, Bopro, Vega Projects International, Progroup et Venac pour le vovlet Build, ainsi que de Cofinimmo et Facilicom Facility Solutions pour le financement et la maintenance.

 

Une prison à caractère humain

La Régie des Bâtiments et le SPF Justice ont élaboré un cahier des charges des performances auquel la nouvelle prison devait répondre. Dans ce cahier des charges, l'’être humain et le milieu occupent une position centrale dans le développement et l'exploitation de la prison, ce qui a une influence positive sur le comportement des détenus et donc sur l’'aspect de la sécurité.

Les différentes fonctions que l’'on trouve en prison (travail, sport, visite, contacts avec le personnel, etc.) ont une influence importante sur le quotidien des détenus. Pour créer un maximum d'’interactions entre ces fonctions, le complexe est conçu sur base de circulations ouvertes et courtes ainsi que d’'entités bien distinctes.

Le concept vise à favoriser la qualité de vie et à limiter l'’appauvrissement sensoriel de tous les occupants, à donner au personnel un cadre de travail agréable ou encore, à limiter l'’impact sur l’'environnement.

 

Un projet urbanistique et architectural de qualité

La N7 relie Ath et Tournai, deux villes proches fortifiées par Vauban. Les places fortes imaginées par celui-ci sont le point de départ du concept de la prison. En effet, les abords de la prison sont pensés comme telles pour donner une force architecturale complémentaire à l’'ouvrage et un sens au modelage du paysage. La prison doit être insérée dans le paysage, entourée de murs, de talus et de douves de protection. Les murs formant un pentagone sont son enceinte ; les talus de protection sont les mouvements de terre qui permettent de l'’intégrer dans le paysage et les douves, des zones d’'infiltration d'’eau et des marécages.

Le projet est basé sur la sécurisation, la fonctionnalité et la responsabilisation sociale. Trois matériaux dominent : le béton, le verre et l’'acier.

Le complexe pénitentiaire comprend plusieurs entités. Il est entouré d’'un mur de béton de 6 mètres de haut. Ce mur est la sécurisation périmétrique et la fortification de la prison. Des bassins de roseaux (+/- 1.000 m²) pour la purification des eaux usées sont intégrés.

Le bâtiment d’'entrée est incorporé dans le mur d’'enceinte. Il se présente comme un pavillon de deux étages. Réalisé en verre et en métal, l’'édifice est lumineux, ouvert et accessible. Il fonctionne comme un sas tant pour les visiteurs que pour les véhicules. Dans cette entité du complexe, se trouvent le portier, des salles pour le personnel, la salle d’'audience, etc.

Le bâtiment des visiteurs se situe à l’'avant du bâtiment principal. On y accède directement en traversant la cour qui sépare le pavillon d'’entrée de la zone cellulaire. Il présente une structure transparente. Dans la salle très lumineuse, les différents espaces sont aménagés de manière agréable autour d'’un patio. L’'entrée des détenus est séparée de celles des visiteurs. Cette entité n’'est aucunement liée aux autres espaces de fonction au sein du complexe.

Dans l’'enceinte, le bâtiment principal en forme d’'étoile abrite le centre panoptique (zone de contrôle) et les quatre ailes de détention. Ses façades sont en béton agrémentées de thèmes spécifiques. A l'’intérieur des ailes cellulaires, les portes colorées et l’'éclairage adéquat égayent l’'espace.

A l’'extrémité de l’'axe de circulation central à proximité du bâtiment d’'entrée, se trouve le PCI (Poste central) qui est le cœoeur du complexe. Il abrite le poste de commande central de la prison : la sécurisation des portes et des sas, les alarmes et la surveillance de toutes les parties vitales tant de l’'intérieur que de l’'extérieur de la prison.

Au premier étage, au-dessus du couloir central, sont situés les bureaux pour les employés administratifs, les bureaux de la direction et le greffe.

Le complexe possède également une cuisine, un centre d’'accueil et d’'admission, des salles de sport et autres activités, des salles pour le personnel, le réfectoire, le pavillon pour les détenus de courte peine, différents locaux techniques…, ainsi que des espaces extérieurs : deux cours, un jardin, des préaux, un quai de déchargement.

 

Développement durable

Les exigences posées en matière de prestations énergétiques sont plus sévères que celles de la réglementation en vigueur. La prison doit être la plus économique possible en matière d'énergie et viser une neutralité énergétique tout en garantissant le confort des occupants. Les concepteurs du projet ont opté pour le certificat BREEAM. Le projet comporte de nombreuses mesures durables, non seulement en termes de consommation d’'énergie, mais aussi sur le plan des matériaux, du confort, de la consommation d’'eau, de la prévention des déchets...

GERELATEERDE DOSSIERS