Des séparateurs d’hydrocarbures à la mesure des ambitions d’Alibaba

Dans le cadre du chantier pour Alibaba à l’aéroport de Bierset, Nelles Frères est chargé de tous les travaux d’assainissement et de terrassement, ainsi que des réseaux enterrés en égouttage, une partie des gaines, et de tous les revêtements finaux (bordures, asphalte, béton, pavages, …). Ces travaux comprennent notamment la pose de trois Oleopator-G-H, des séparateurs d’hydrocarbures de grande capacité fabriqués par la société ACO.

Totalisant environ 55 000 m², les surfaces en question concernent principalement des accès camions et voitures au nouveau hall logistique (qui fait environ 30 000 m²). Un chantier de taille, à réaliser en 11 mois. Thomas Bastin, gestionnaire de chantier chez Nelles Frères : « Nous avons commencé en août 2020 et devons finir pour le mois de juin. Un délai assez court, qui demande une bonne coordination entre tous les intervenants sur le chantier. »

Des séparateurs volumineux mais faciles à installer

Les revêtements sont constitués principalement d’asphalte (environ 40 000 m²), de dalles en béton pour les accès aux quais de (dé)chargement (environ 4000 m²), le solde étant réalisé en pavages. Les Oleopator-G-H - des séparateurs d’hydrocarbures en plastique renforcé de fibres de verre PRV pour des débits élevés - drainent toutes les eaux venant des parties asphaltées. Dimensionnés par le bureau d’études international AECOM, leur installation s’est déroulée sans problème. Thomas Bastin : « Nous avons l’habitude de placer ce genre de produits, mais rarement de si gros. On parle ici d’un séparateur d’une capacité de 200 litres par seconde et de deux autres de 300 l/s. Ces séparateurs sont certes volumineux (environ 30 m de long, débourbeur compris, pour le modèle 300 l/s), mais très légers. L’un d’eux a même été posé à 8 m de profondeur, nécessitant des terrassements assez importants ».

Un accompagnement technique qui coule de source

« Nous avons profité d’une bonne collaboration avec le responsable commercial d’ACO Frank Lenaers, qui, avec son ingénieur, nous a fourni au préalable toutes les données techniques : niveaux de raccordement, pentes à respecter, type de matériaux à utiliser pour la pose, comment lester les dalles et les séparateurs, etc. Tout cela a été communiqué très clairement, ce qui nous a permis de bien programmer notre travail. Poser ces séparateurs fut un plaisir, après des mois de préparation technique. En deux jours, tout était posé. »

Un projet qui s’inscrit parfaitement dans les compétences d’ACO

Rony Verbuyst, ingénieur et Project Engineer chez ACO : « Le client était à la recherche d'un système permettant de drainer complètement les eaux de surface sur trois zones de 1 à 1,5 hectare, en limitant le nombre de séparateurs au strict minimum. Nous avons répondu à cette demande en fournissant un séparateur pour chacune des trois zones, selon un calibrage basé sur les valeurs d’intensité de pluie du CSTC, soit 200 litres/seconde/hectare. Au final, le choix s’est porté sur une unité de 200 l/s avec débourbeur intégré et 2 séparateurs d’hydrocarbures de 300 l/s avec débourbeur séparé. » Ce projet s'inscrit parfaitement dans les compétences d’ACO : en cas de demande d’unités de grande capacité, au-delà de 100 l/s, leur Oleopator-G-H est toujours un bon choix.

Matériel costaud mais facilement transportable

Ces séparateurs d’hydrocarbures sont fabriqués en polyester renforcé de fibres de verre, qui offre une meilleure résistance que le polyéthylène. Dans ce projet, les séparateurs ont été placés à une profondeur d’écoulement d’au moins 5 mètres sous le nouveau fini, ce qui constitue un atout.  Pour une installation sans soucis, les ingénieurs d’ACO ont examiné avec l’entrepreneur la pression nécessaire pour les couvercles, la bonne hauteur et les diamètres corrects pour les raccords d'entrée et de sortie. Cerise sur le gâteau : travailler avec un débourbeur séparé pour les séparateurs de 300 l/s constitue un avantage en matière de transport, car il est alors possible de transporter séparateurs et débourbeurs séparément.

 

Source: ACO
Partager cet article:

Contactez ACO

Nos partenaires