La flexibilité est le maître-mot dans un centre de formation pour la police

Het nieuwe politieopleidingscentrum in Neder-Over-Heembeek mag er best wezen.
“Het was best uitdagend om naar een goede alternatieve oplossing te zoeken die voor alle partijen aanvaardbaar was”, geeft Johan Bellemans aan.
Het nieuwe opleidingscentrum biedt onderdak aan een 700 m² grote kennel met ruimte voor vijftig honden.
Het nieuwe politieopleidingscentrum in Neder-Over-Heembeek mag er best wezen.
Twee dojotrainingsruimtes maken het mogelijk om verschillende zelfverdedigingstechnieken aan te leren.

A Neder-Over-Heembeek, un nouveau centre de formation pour la police de Bruxelles/Elsene vient d'être achevé. Un projet ambitieux, mais surtout très instructif pour assar architects, VK architects+engineers part of Sweco et CIT Blaton. Le résultat final est un bâtiment polyvalent avec de nombreuses installations et de l'espace non seulement pour les personnes, mais aussi pour cinquante chiens de police.

Le nouveau centre de formation abrite un chenil de 700 m2 pouvant accueillir 50 chiens et sera équipé d'installations pour la formation, l'entretien et l'entraînement de la brigade canine. Un tout nouveau stand de tir de quinze couloirs a également été construit, dont cinq pour le tir à courte distance (30 mètres) et dix pour le tir à longue distance (50 mètres). Deux salles d'entraînement de type dojo permettent d'apprendre diverses techniques d'autodéfense. Une salle d'entraînement de 1 400 m² pour la formation aux techniques d'intervention policière a également été aménagée, ainsi qu'un espace extérieur de 800 m² pour la réalisation de tests d'incendie.


CONCEPTION ET CONSTRUCTION

En collaboration avec assar architects et VK architects+engineers, qui font partie de Sweco, CIT Blaton a remporté le concours Design & Build lancé pour la réalisation du centre de formation. Johan Bellemans, chef de projet chez l'entrepreneur principal CIT Blaton, déclare : "Si je ne me trompe pas, la candidature remonte à 2018. Outre la conception, Assar était également responsable de la coordination de la sécurité et de la construction extérieure, tandis que VK architects+engineers, qui fait partie de Sweco, s'occupait des techniques, de la stabilité, de l'EPB, de l'acoustique ... Nous étions à notre tour responsables de l'exécution des travaux. Citydev.brussels a agi en tant que maître d'ouvrage délégué, mais la Ville de Bruxelles et la police de Bruxelles ont bien sûr également été impliquées en tant que clients."

2019. Après avoir réglé certains problèmes épineux et levé les ambiguïtés de la conception, le permis de construire a été approuvé en décembre 2020. "Et en avril 2021, nous avons officiellement commencé à construire", explique Johan Bellemans, qui a lui-même participé au projet depuis février 2020. "Dans l'ensemble, nous pouvons dire sans crainte qu'il s'agit d'un projet qui a rencontré les obstacles nécessaires. En termes de coordination, ce n'était pas une promenade de santé, mais cela ne l'a pas rendu moins satisfaisant ou intéressant."

"En termes de coordination, ce projet n'a pas été une "promenade de santé", mais cela ne l'a certainement pas rendu moins satisfaisant ou intéressant."
- Johan Bellemans (CIT Blaton) -

 

DIVERSES FONCTIONS

"En termes de techniques et de matériaux, c'était assez banal : béton, ferraillage, chape, carrelage, maçonnerie...", indique le chef de projet. "Mais en termes d'exécution, nous avons dû tenir compte de pas mal de choses. Par exemple, nous avons utilisé un mastic silicone classique ou un profilé de serrage en zinc pour assurer l'étanchéité. Mais cela n'est évidemment pas envisageable dans un chenil, où les chiens peuvent mettre la main à la pâte. Le chenil disposait également de deux pistes d'entraînement, dont l'une était couverte. Une petite partie du bâtiment était utilisée pour l'administration et il fallait également prévoir un certain nombre de vestiaires, de salles de douche, de salles de classe et de dojos. Au sous-sol se trouvent les zones techniques classiques, ainsi que les stands de tir et la zone de stockage sécurisée pour les armes et les munitions. Et sur le toit, une zone pour les tests d'incendie a été créée avec une dalle de béton de 800 m² sans coupes à la scie".

Le CIT Blaton a eu beaucoup de mal à trouver une solution alternative acceptable pour toutes les parties. La flexibilité était donc le mot d'ordre. "Pas seulement pour nous, mais pour toutes les parties", précise Johan Bellemans. "Bien sûr, nous sommes un peu habitués aux spécificités et nous ne sommes pas des 'entrepreneurs classiques'. C'était mon premier chantier pour CIT Blaton et j'ai tout de suite été frappé par la volonté de toutes les personnes impliquées au sein de l'entreprise de trouver une solution aux moindres problèmes."

Partager cet article:
Nos partenaires