Le secteur cimentier face à la crise sanitaire

En cette période de crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus (Covid-19), c’est l’ensemble des secteurs qui sont impactés à de multiples niveaux. Le secteur cimentier n’est, en tout état de cause, pas épargné. L’industrie cimentière a été reconnue comme un 'secteur crucial et aux services essentiels' par l’Arrêté Ministériel du 3 avril dernier grâce, notamment, au rôle capital que notre industrie joue en matière de gestion des déchets ultimes.

 

Malgré cette reconnaissance, un de nos membres a dû prendre la décision d’arrêter ses fours. Il faut néanmoins souligner que 50% des fours cimentiers belges sont toujours en activité, dans des conditions qui garantissent la santé et la sécurité des travailleurs ainsi que les mesures de distanciation sociale telle qu’édictée par le Gouvernement fédéral.

Ces fours encore actifs remplissent le rôle essentiel de valorisation des combustibles de substitution. Il est donc crucial qu’ils soient maintenus en fonctionnement et assument leurs missions, de même que les activités de broyage et d’expédition.
A cette fin, et pour que l’ensemble de la chaîne de production puisse se poursuivre le plus longtemps possible, il est capital que tout soit mis en oeuvre pour que les activités du secteur de la construction soient maintenues au niveau maximum et que les chantiers puissent redémarrer, dans le respect des conditions de santé et de sécurité pour les travailleurs.

Il est utile de rappeler que les membres de FEBELCEM appartiennent à des groupes internationaux bénéficiant d’échanges de ‘best practices’ venant d’autres pays et que la FEBELCEM peut apporter un support si nécessaire.

 

Source: Febelcem

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage