Archi-militant | Quand on aime, on ne compte pas les bosses

On ne le dira jamais assez: c’est dans les détails les plus infimes, et parfois les plus discrets, que l’on profite le mieux d’un bâtiment. J’en ai fait l’expérience tout récemment à l'occasion d'un événement qu'il m'a été donné d'organiser sur le zoning du WEX, à Marche-en-Famenne, dans le confort feutré du siège social flambant neuf de la société de construction SOCOGETRA, filiale du groupe Besix. Un bâtiment que mon honoré confrère Philippe Selke a d’ailleurs évoqué au printemps dernier dans Construire la Wallonie alors que le chantier venait de se terminer.

En octobre, j’ai eu l’occasion d’éprouver “pour de vrai” la sensation que procure le fait de profiter des détails qui font la singularité et le confort d’un bâtiment, fut-ce quelques heures durant. Et je dois avouer qu’à l’exception d’une grosse commotion dont je parlerai à la fin, Paul Valéry a bien raison lorsqu’il affirme “Qui veut faire de grandes choses doit penser profondément aux détails.” Un patio qui inonde de lumière, un parking souterrain qui évite aux collaborateurs d’avoir les pieds mouillés par la neige en hiver ou d’avoir à quitter le bâtiment dans des voitures surchauffées sous le soleil brûlant du mois d’août ou encore un passe-plats qui communique à la fois avec les cuisines et avec le parking souterrain en prévision des réceptions… Ce sont effectivement là des détails dont on ressent instantanément les bienfaits.

Au-delà du caractère ingénieux d’une construction (qu’il s’agisse de celle de SOCOGETRA ou de celle de tout autre maître d’ouvrage), c'est cette volonté d'ouverture au monde extérieur qui me frappe. Lorsqu’on est fier du bâtiment que l’on occupe, j’ai déjà constaté une envie irrépressible, chez l’occupant, d’en faire profiter l’extérieur. Evidemment, lorsqu’on se trouve face au bâtiment occupé par une société de construction, un bâtiment rempli de ces détails qui font la différence donne aussi l’occasion de faire la démonstration de son savoir-faire, de donner envie aux visiteurs qui auraient besoin à leur tour d’un bâtiment de convoler avec l’occupant pour un chantier ou plus si affinités.

Je n'ai personnellement pas de siège social à faire construire, pas même de maison (la mienne est elle aussi remplie de détails dont je profite déjà pleinement), ni d’annexe ni même d’abri de jardin, mais si c'était le cas, je n'hésiterais pas, car je l'avoue, ces maîtres du détail exercent sur moi une fatale attraction. Découvrir les subtilités d’une construction, au-delà du confort évoqué plus haut, c’est un peu en fin de compte comme un jeu de piste dont je ne me lasse pas. Un seul bémol toutefois : l’encadrement des portes vitrées du bâtiment dont j’ai pu profiter en octobre était tellement épuré et le vitrage si translucide que je me suis fracassé en plein élan lorsque j’ai voulu pénétrer dans ce magnifique endroit. L’enthousiasme sans doute… Ceci n’a toutefois en rien entamé mon amour des bâtiments remplis de détails bien pensés. Quand on aime, on ne compte pas les bosses...

 

Partager cet article:
Nos partenaires