Construction et gestion de l’eau : les solutions de Wienerberger

Les éditions de printemps d’Architect@Work à Courtrai et Liège auront pour thème central l’architecture et l’eau. Partenaire important de ce salon pour les professionnels, Wienerberger accorde depuis déjà longtemps de l’attention à la gestion de l’eau dans le secteur de la construction. Ce fabricant de matériaux de construction en terre cuite propose dès lors divers produits et solutions pour répondre à la problématique des éventuelles infiltrations d’eau et autres inondations.

Un mur creux en matériaux céramiques permet de lutter contre les problèmes d’humidité et les dégâts du gel

Sous notre climat, les façades extérieures doivent être capables de résister aux conséquences possibles des fortes pluies ou des pluies de longue durée. Avec un mur creux en matériaux céramiques, le risque d’infiltrations d’eau de pluie, de dégâts du gel et de formation de fissures sera réduit au minimum. La paroi intérieure du mur creux érigée en blocs céramiques pour murs intérieurs Porotherm assurera la portance. Tandis que la paroi extérieure de ce mur creux érigée en briques de parement Terca ou Desimpel fera office de bouclier anti-pluie. La brique de parement est en mesure d’absorber de grandes quantités d’humidité et de libérer celles-ci ultérieurement par évaporation. Si, en cas de pluies surabondantes, de l’eau réussissait tout de même à s’infiltrer à travers la paroi extérieure du mur creux, celle-ci s’évacuerait au dos de cette paroi extérieure pour être rejetée vers l’extérieur via des joints verticaux ouverts. Grâce à ce principe, l’humidité n’aura aucune chance de s’infiltrer dans l’isolation du creux ni dans la paroi intérieure du mur creux, permettant ainsi de toujours garantir les performances thermiques et la stabilité du mur. Vu que les briques de parement Terca et Desimpel sont résistantes au gel, le risque de dégâts du gel ou de formation de fissures dans une façade extérieure correctement conçue et exécutée sera pratiquement exclu.

 

Récupération maximale de l’eau de pluie grâce à une toiture en pente en tuiles terre cuite

L’eau potable est un bien précieux qui n’est pas disponible en quantités illimitées. En raison de la baisse du niveau des nappes phréatiques, nous devons utiliser minutieusement les réserves actuelles. Une réutilisation maximale de l’eau de pluie s’impose pour limiter le gaspillage inutile de l’eau potable. L’eau de pluie convient en effet pour de nombreuses activités: pour rincer les toilettes, pour laver la voiture, dans le jardin ou autour de la maison, etc. Une toiture en pente revêtue de tuiles en terre cuite s’avère idéale pour collecter l’eau de pluie. On peut généralement affirmer que 95% de l’eau de pluie tombée sur une toiture en pente revêtue de tuiles en terre cuite pourra être collectée pour être réutilisée. Evidemment, des différences peuvent ici survenir en fonction de l’inclinaison et de l’orientation de la toiture. De plus, l’eau collectée restera claire et ne sera pas chimiquement polluée, car les tuiles en terre cuite ne rejettent pas de substances nocives. La réutilisation de l’eau de pluie sera non seulement profitable pour nos réserves d’eau potable, mais empêchera aussi une évacuation importante de l’eau de pluie. Ce qui permettra d’éviter une surcharge des égouts ou cours d’eau locaux pouvant entraîner des inondations.

 

Les pavés en terre cuite permettent à l’eau de pluie de s’infiltrer dans le sol

Vu que de plus en plus de terrains libres sont occupés par des constructions ou des revêtements, l’eau de pluie éprouve davantage de difficultés pour s’infiltrer dans le sol. Empêchant ainsi les nappes phréatiques de se remplir, ce qui pourrait entraîner une pénurie d’eau. D’autre part, l’eau qui ne peut s’infiltrer doit être évacuée. Ce qui pourra être à la base du débordement des égouts et cours d’eau, pouvant causer une pollution des eaux de surface. Parmi les autres conséquences, on citera encore le mauvais fonctionnement des stations d’épuration et les inondations locales. Il sera dès lors préférable d’exécuter les nouveaux revêtements avec des matériaux perméables. A cet effet, Wienerberger a développé des pavés en terre cuite à joints perméables. Minimum 10% de la surface revêtue sera ainsi perméable à l’eau via les joints. L’eau pourra dès lors s’infiltrer dans le sol de façon lente et naturelle. Seule une quantité limitée de l’eau de pluie devra encore être évacuée par les égouts.

 

La gestion de l’eau dans la pratique: Le Quartier Durable montre l’exemple

Toutes ces applications sont visibles au Quartier Durable à Waregem, un projet pilote destiné à examiner la possibilité de fusionner des éléments écologiques, économiques et sociaux afin de créer un environnement résidentiel réalisable et abordable. Le Quartier Durable a été construit à l’aide de matériaux en terre cuite et coiffé de toitures en pente, mise sur le récupération de l’eau de pluie ainsi que l’utilisation rationnelle de l’eau et réduit le pourcentage de surface revêtue au minimum grâce à la construction clustérisée et à la création d’un espace vert commun attenant aux jardins privés. Le Quartier Durable présente encore beaucoup d’autres atouts, par exemple en termes d’abordabilité, de mobilité, d’énergie et de biodiversité. Cette initiative mérite assurément une visite virtuelle sur www.lequartier-durable.be.

 

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage