Interactions entre EFC et sprinklers, une étude de Fireforum

Les interactions entre l’évacuation des fumées et de la chaleur (EFC) et les systèmes de sprinklers sont complexes. Dans le contexte belge, le cadre législatif joue un rôle important. En effet, depuis 1994, la Belgique adopte une approche très prescriptive (Normes de base en matière de sécurité incendie).

 

 

Ces cinq dernières années, depuis l’AR du 28/03/2014, l’analyse des risques légalement obligatoire ajoute également un volet orienté sur les performances. Cet AR attribue la responsabilité du bon fonctionnement des différents systèmes, et donc également des interactions entre eux, à l’employeur. Cette évolution est conforme à la manière dont de nombreux autres pays sont passés à une législation orientée sur les performances au cours de ces vingt dernières années.

La conformité dans le contexte belge

L'approche prescriptive peut se résumé comme suit : « satisfaire sans plus à toutes les règles édictées ». Ainsi, la législation prescriptive relative à l'Annexe 6 pour les bâtiments industriels fait référence à la norme EFC NBN S21-208-1 (datant de 1995). Sur cette base, les scénarios incendie sont prescrits conformément aux charges calorifiques définies (steady-state, c'est à dire indépendamment du temps). Cette norme n'examine toutefois pas en détail les interactions entre les sprinklers et l'EFC. Une telle approche présente l'avantage d'être facilement applicable et contrôlable. Elle comporte toutefois un inconvénient clair : les règles devant s'appliquer à toute configuration de géométrie possible, à tout scénario incendie et à tout type de système (détection, ventilation et sprinklers), on peut se demander si le niveau de sécurité obtenu est satisfaisant.

La suite de cet article est à lire dans le magazine Fireforum 69.

 

Partager cet article:
Nos partenaires