La construction résidentielle en grande difficulté

Le secteur de la construction de nouveaux logements et de la rénovation résidentielle est actuellement en grande difficulté, selon l’enquête conjoncturelle d’Embuild, la fédération de la construction, à laquelle 427 entreprises de construction et d’installation ont participé. Près de deux entreprises de construction résidentielle sur trois (63 %) s’attendent également à ce que l’année 2024 soit encore plus mauvaise, avec une baisse des investissements, de l’activité et de la rentabilité. 46 % des entreprises de rénovation résidentielle s’attendent à une année 2024 plus mauvaise. 

Le marché résidentiel est au point mort depuis plusieurs mois, notamment puisque les taux d’intérêt hypothécaires ont triplé en un an. Par conséquent, il est devenu plus onéreux pour de nombreuses familles de construire ou de rénover : plus de neuf entreprises de construction et d’installation sur dix remarquent que leurs clients éprouvent plus de difficultés à emprunter les sommes dont ils ont besoin. « En attendant un nouvel équilibre des prix sur le marché résidentiel, nous devons éviter toute augmentation supplémentaire des coûts pour les particuliers », exhorte Niko Demeester, CEO d’Embuild. « Il est donc impératif de prolonger la baisse de la TVA à 6 % sur les démolitions-reconstruction, également après 2023. Nous saluons donc l'appel du Parti du Premier Ministre pour que cette mesure soit inscrite de manière permanente lors du conclave budgétaire fédéral ».

La conjoncture est actuellement très variable dans le secteur de la construction et de l’installation. Les travaux d’infrastructure se portent encore bien, stimulés par les plans de relance et les investissements des pouvoirs locaux. D’autre part, ce sont surtout les secteurs des nouveaux logements et de la rénovation qui souffrent en ce moment. La forte hausse inattendue des taux d’intérêt hypothécaires de 1 % à 3,5 % en un an apparaît de plus en plus comme un frein aux projets de construction et de rénovation des Belges. 94 % des entreprises de construction et d'installation déclarent que les consommateurs ont plus de mal à obtenir un prêt en raison de la hausse des taux d'intérêt, et 62 % des entreprises de construction et d'installation sont confrontées à une baisse des contacts pour de nouveaux contrats en conséquence.

Les constructeurs résidentiels et les entreprises actives dans la rénovation résidentielle se montrent pessimistes pour l’année 2024.  Ils estiment que la situation ne devrait pas s’améliorer l’année prochaine, que du contraire. 63 % des constructeurs résidentiels prévoient une année 2024 moins bonne que l’année 2023, déjà difficile, ce qui se traduira par une baisse de l’activité, de la rentabilité et des investissements. En termes d'emploi, 57% des entreprises actives dans la construction de logements neufs s'attendent à une détérioration.

Niko Demeester, CEO d'Embuild déclare : « Le cocktail explosif de l'augmentation des taux hypothécaires, des prix des matériaux et des frais de personnel a durement frappé les consommateurs. Mais objectivement, il est toujours rentable pour les consommateurs de réaliser leur projet de construction ou de rénovation. Grâce à l’indexation des salaires, le pouvoir d’achat des Belges n’a pas été impacté. En outre, les taux hypothécaires restent inférieurs à l'inflation et faibles dans une perspective historique. L'investissement dans une nouvelle construction ou dans une rénovation est donc toujours rentable à long terme ».

Toutefois, la fédération de la construction souligne que des politiques de soutien restent nécessaires. Raison pour laquelle il serait totalement illogique de ne pas rendre permanente la baisse de la TVA à 6 % sur les démolitions-reconstructions, mais aussi sur l’installation de panneaux solaires, de chauffe-eau solaires et de pompes à chaleur dans les logements de moins de 10 ans. À la fin de cette année, ces incitants fiscaux, qui sont indispensables à la rénovation énergétique de notre parc immobilier, arriveront à échéance. Nous demandons donc instamment au gouvernement fédéral de lever l'incertitude à ce sujet et d'étendre le taux réduit de TVA de 6 % à cette fin. Nous sommes heureux que le parti du Premier ministre veuille rendre cette mesure permanente dans le cadre du conclave budgétaire.

Quelques chiffres remarquables de l’enquête conjoncturelle d’Embuild :

  • 52 % des entreprises de construction et d'installation déclarent que leurs carnets de commandes sont moins bien remplis que d'habitude.
  • 62 % des entreprises de construction et d'installation constatent une baisse des contacts pour de nouveaux contrats.
  • 51 % des constructeurs de logements s'attendent à une année 2023 moins bonne que 2022. Seuls 13 % d'entre eux s'attendent à faire mieux cette année.
  • 63 % des constructeurs de logements prévoient une année 2024 moins bonne que cette année. Seuls 8 % d'entre eux espèrent faire mieux en 2024.
  • 57 % des constructeurs de logements prévoient une détérioration de l'emploi en 2024.
  • 38 % des entreprises actives dans la rénovation de logements prévoient une année 2023 moins bonne que l'année 2022. Seuls 19 % d'entre eux s'attendent à faire mieux cette année.
  • 46 % des entreprises actives dans la rénovation résidentielle prévoient une année 2024 moins bonne que cette année. Seuls 17 % d'entre eux espèrent faire mieux en 2024.
  • 45 % des entreprises actives dans la rénovation de logements prévoient une détérioration de l'emploi en 2024.
Source: Embuild
Partager cet article:
Nos partenaires