Le bois certifié, un atout majeur pour la construction durable et circulaire

Il ne fait aucun doute que les nombreuses qualités du bois font de celui-ci le matériau circulaire par excellence et le matériau d’avenir dans la construction. Mais il est capital que ce bois soit certifié et provienne de forêts gérées durablement. Et, pour que cela ait un effet positif sur notre climat et sur notre planète, il faut qu’augmente le nombre d’architectes, de maîtres d’ouvrage et de professionnels de la construction persuadés des bienfaits et des atouts du bois durable. Discussion à bâtons rompus avec Samuel Oldenhove, secrétaire général de l’antenne belge de PEFC, organisation internationale qui promeut la gestion durable des forêts via la certification forestière et la labellisation des produits à base de bois. 

 

Quels sont les avantages à utiliser du bois dans la construction ?

Au-delà de ses qualités techniques, le bois est écologiquement imbattable en matière d’énergie intrinsèque, de pollution, de qualité de l’air et d’empreinte carbone. Lorsque l’on remplace 1 m³ de béton par 1 m³ de bois, on épargne 1 tonne de CO2 ! De plus, les forêts absorbent annuellement 30% du CO2 émis mondialement et aident entre autres à lutter contre le réchauffement climatique.

Pourquoi est-ce important d’utiliser plus spécifiquement du bois durable ?

Ils sont nombreux. Utiliser du bois certifié PEFC, c’est tout d’abord avoir la garantie d’une gestion durable de la forêt en amont, tant d’un point de vue social qu’environnemental ou écologique. Citons par exemple la protection de la biodiversité, l’interdiction de la déforestation, de l’utilisation d’OGM et de pesticide, les respect des droits des travailleurs l’interdiction du travail des enfants, la garantie de revenus décents aux forestiers … En outre, le bois certifié PEFC respecte les règlementations en vigueur et ne provient pas de sources illégales. C’est ensuite disposer d’une vaste possibilité d’approvisionnement : PEFC est en effet le plus grand système au niveau mondial avec 324 millions d’hectares de surface forestière certifiée. En Europe, plus de 75% des forêts certifiées le sont sous le label PEFC. Cette présence mondiale garantit un approvisionnement local et permet donc de favoriser les circuits courts et de valoriser le travail des forestiers et de la filière bois locale.  C’est enfin mettre en avant les propriétaires du monde entier qui montrent que leur investissement dans la gestion forestière durable est valorisée par la société et par le monde de la construction.

Aujourd’hui, PEFC s’adresse particulièrement au secteur de la construction et aux architectes pour sensibiliser à l’utilisation du bois durable. Pourquoi ?

Avec la pression accrue sur les marchés, il est vraiment vital de s’assurer que le bois que l’on utilise provient de forêts gérées durablement. PEFC souhaite valoriser non seulement le propriétaire forestier, mais également les architectes et les maîtres d’ouvrage qui promeuvent l’utilisation de bois durable dans leurs projets. De plus, le bois certifié PEFC est accepté dans les classements de construction écologique du monde entier et permet notamment de se voir attribuer des notations BREEAM excellent et exceptionnel. La certification PEFC est également reconnue par différentes instances comme un des moyens d’apporter la preuve de la durabilité du bois utilisé dans des projets.

Pourquoi faut-il faire attention à cette origine durable du bois ?

C’est une manière de pérenniser la source en respectant l’équilibre des différentes fonctions de la forêt. Le plan de gestion forestier permet de rendre les forêts plus résilientes face au changement climatique, de mitiger les impacts de ce changement et d’assurer sur le long terme une capacité productive. Prescrire du bois certifié est à la fois avoir la garantie de recevoir un bois durable, responsable et éthique, et la garantie de répondre aux règlementations nationales et internationales.

Aujourd’hui, concrètement, comment un architecte peut-il travailler avec du bois durable et certifié pour ses projets ?

Il doit le spécifier dans son cahier de charges pour des éléments spécifiques - les châssis, les planchers, les voliges - ou l’indiquer de manière générale dans son préambule : tout bois doit porter un label de gestion durable PEFC ou équivalent. Il est conseillé de spécifier les attentes de performance du bois plutôt que les essences. Cela permet de trouver la solution la plus économique et la plus durable pour son projet, sauf bien entendu s’il a des exigences d’un point de vue esthétique. Dans la partie rapportage du cahier des charges, l’architecte doit aussi exiger du fournisseur de l’entrepreneur, et c’est parfois plus complexe, qu’il possède un certificat de chaîne de contrôle afin de prouver que son offre est certifiée. Attention cependant, le label PEFC est apposé sur un ‘produit’. Ce n’est donc pas parce qu’un acteur est certifié que toute son offre est certifiée. Enfin, au moment de la livraison des matériaux, l’architecte doit contrôler la facture pour voir si elle mentionne bien la certification du matériau acheté et le pourcentage de produits PEFC. Si ce n’est pas le cas, cela veut dire que le bois n’est pas certifié. En cas de doute, nous pouvons bien entendu les conseiller.

Est-il facile pour l’architecte de trouver un fournisseur certifié ?

Oui, on compte, rien qu’en Belgique, plus de 500 entreprises certifiées, dont de nombreuses sont actives dans le secteur bois (1e et 2e transformations) – grossistes, menuisiers, scieurs, fabricants de panneaux en MDF ou d’éléments de construction en CLT … – qui sont reprises dans une base de données disponible sur notre site. A Bruxelles, certaines entreprises certifiées insistent d’ailleurs sur leur certification puisque celle-ci permet aux maîtres d’ouvrage de recevoir des primes à la rénovation, par exemple pour le remplacement des châssis.

Des (bureaux d’)architectes conçoivent des projets pour des marchés publics dans les différentes régions de notre pays. Font-ils face à des différences quant à la prescription de bois durable dans ces marchés publics ?

En effet, il n’y a pas d’harmonisation sur ce sujet entre les régions et nous le déplorons. Ce qui existe est difficilement lisible pour les architectes. C’est pourquoi ils peuvent se référer à notre e-book, téléchargeable et consultable sur notre site, qui évoque ces différences selon les régions. Et il est important de signaler que choisir un bois certifié PEFC donne aux architectes la garantie de pouvoir répondre aux exigences de la législation, du marché et des systèmes de cotation en vigueur.

 

Plus d’info ?

Divers outils et de nombreuses informations destinées spécifiquement aux architectes et aux professionnels de la construction sont disponibles sur www.pefc.be (onglet ‘Agir en tant que’ – ‘Architecte ou constructeur’. Ils y trouveront également, sous l’onglet ‘Documents et standards’ – ‘Architecture et construction durable’, un e-book à télécharger reprenant l’ensemble des informations sur le bois durable et sur sa prescription, dans tous ses aspects pratico-pratiques.

 

Partager cet article:
Nos partenaires