Rêves immobiliers des Belges : entre simplicité et réalisme

Une étude récente menée par une organisation nationale a sondé les aspirations des résidents belges en matière d'habitat. Les résultats révèlent des désirs immobiliers souvent marqués par la simplicité, une tendance inattendue pour certains.

Une célèbre citation dit : "Dites-moi votre rêve le plus fou, je vous dirai qui vous êtes". Cependant, il semblerait que les Belges ne nourrissent pas des rêves extravagants, en particulier lorsqu'il s'agit de leur habitation. Bien que le désir d'acquérir une maison reste fort chez les Flamands, les Wallons et les Bruxellois, la majorité exprime des projets réalistes, selon les conclusions de cette étude menée par un organisateur de jeux de loterie.

Plutôt que des aspirations grandioses telles qu'une villa à quatre façades avec piscine ou jacuzzi, un vaste jardin ou encore un home cinema luxueux à l'américaine, 40% des personnes interrogées expriment un intérêt pour une maison écologique, voire passive. Ce choix semble être influencé par le contexte actuel.

La réalité financière pousse beaucoup à privilégier un logement écoénergétique. Bien que 33% des Belges soient tentés par le luxe, nombreux sont ceux qui préfèrent investir dans une résidence à faible consommation énergétique, conscient des coûts élevés associés au confort haut de gamme. Une maison écologique, axée sur la performance énergétique, l'utilisation de matériaux sains et locaux, ainsi que le respect de l'environnement, représente donc un rêve pour beaucoup, mais de plus en plus difficile à concrétiser.

Cette aspiration semble devenir inatteignable pour de nombreuses personnes, en particulier les jeunes de 18 à 34 ans, confrontés à la hausse des taux d'intérêt et à une flambée des prix immobiliers ces dernières années. Les exigences des banques en matière de fonds propres ajoutent également des difficultés, nécessitant environ 20% d'apport personnel pour les acquéreurs potentiels, une somme souvent hors de portée pour eux.

Néanmoins, une fois la propriété acquise, l'étude révèle que cela satisfait pleinement les Belges. La majorité ne songe pas à davantage, bien que 15% envisagent une résidence secondaire ou une maison de campagne, surtout parmi les 35 ans et plus, y voyant parfois un investissement.

Actuellement, près de 1,2 million de Belges possèdent une résidence secondaire, qu'il s'agisse d'une propriété utilisée à titre personnel ou destinée à la location, en Belgique ou à l'étranger.

Joke Vermoere, porte-parole de l'organisation à l'origine de l'étude, conclut en mettant en avant la quête commune de confort de vie, de partage du bonheur avec les proches et de tranquillité d'esprit, des aspirations souvent liées au toit qui nous abrite.

Source: Trends Tendances
Partager cet article:

Nos partenaires