"The Dock" à Anderlecht : avis positif, mais sous certaines conditions (Giuseppe Farris Architecture / Marti-Baron Urban & Landscape Architecture)

Le projet de construction "The Dock" à Anderlecht a reçu un avis positif de la part de la région et de la commune, mais plusieurs ajustements sont nécessaires. Malgré cet avis favorable, l'association urbaine Inter-Environnement, qui milite pour la préservation des espaces naturels, exprime sa déception. "La Région de Bruxelles aurait dû acheter le marais, comme cela a été fait pour le Marais de Wiels," déclare-t-elle. Giuseppe Farris Architecture / Marti-Baron Urban & Landscape Architecture, qui ont dessiné ce projet, peuvent se réjouir.

Lors de la commission de concertation de fin mai, divers points problématiques ont été soulevés, notamment le prix des logements, l'absence de logements à quatre chambres, et le manque d'inventaire de la flore et de la faune de la zone. La gestion de l'eau et l'absence d'infrastructures pour les enfants, comme des aires de jeux ou des crèches, ont également été discutés, selon le rapport de la commission consulté par BRUZZ.

En tout, 46 objections ont été déposées. Malgré cela, la commune d'Anderlecht et la Région de Bruxelles ont rendu un avis favorable. Le promoteur du projet, Vervoordt RE, doit cependant respecter une série de conditions, notamment garantir que 20 % des appartements comprennent plus de trois chambres et réserver environ 10 % du terrain à des équipements publics, comme une crèche.

Recommandations pour la Conservation de la Nature et la Gestion de l'Eau

Outre les exigences concernant le bâtiment, des recommandations relatives à la conservation de la nature et à la gestion de l'eau ont été formulées. Toutefois, selon les écologistes, ces conditions sont insuffisantes. Ils regrettent que le terrain, comparable au Marais de Wiels ou à la Friche Josaphat à Schaerbeek, ne soit pas entièrement protégé. Il s'agit en effet du dernier espace vert autour du quartier Kuregem à Anderlecht.

Besoin de Logements Sociaux et de Conservation des Marais

"Les recommandations se concentrent principalement sur le bâtiment et le nombre de logements," explique Claire Scohier d'Inter-Environnement Bruxelles, l'une des initiatrices du mouvement de protestation. "L'une des conditions est que 10 % du bâtiment soit destiné à des usages publics. La pénurie de crèches dans le quartier rendrait cette addition bienvenue. Les grands appartements sont également une bonne nouvelle, mais seront-ils abordables?"

Selon Scohier, le quartier a surtout besoin d'une crèche, de logements publics et de la conservation du marais. Elle suggère que la Région de Bruxelles aurait pu acheter le terrain, comme pour le Marais de Wiels, et construire ailleurs, par exemple sur l'avenue Raymond Vander Bruggen, de l'autre côté du canal. "Les comités d'action continueront à défendre cette cause," affirme-t-elle.

Six Mois pour Réviser le Projet

"Nous avons longuement réfléchi avant de donner un avis positif ou négatif," déclare Susanne Müller-Hübsch (Groen), échevine d'Anderlecht et présidente de la commission de concertation. "Mais nous voulons donner une chance au projet de se développer davantage. Il reste beaucoup à faire: de la qualité des appartements à la gestion du terrain et à l'accès... Un nouvel examen public pourrait même être nécessaire."

La commune présente plusieurs arguments en faveur du promoteur. Le projet est situé sur l'ancienne site de Shell, une zone fortement polluée. "Il est impossible d'y aménager un potager," rappelle l'échevine. De plus, le terrain est privé et aucune entité publique ne s'est manifestée pour l'acquérir. Müller-Hübsch considère également que le projet est plus adapté que son prédécesseur, une marina de luxe.

Le promoteur dispose maintenant de six mois pour élaborer un projet alternatif tenant compte de toutes les conditions imposées, conformément à la procédure. L'administration régionale urban.brussels évaluera ensuite la demande de permis.

Partager cet article:
Nos partenaires