Info technique : Contrôler la résistance en compression du béton en cas de litige

Depuis sa parution en 2007, la norme NBN EN 13971 est largement utilisée lorsqu’un doute survient concernant la résistance mécanique du béton. En effet, lorsque celui-ci se fissure ou se dégrade prématurément, la conformité de la classe de résistance du béton livré et mis en œuvre peut être aisément vérifiée et comparée à celle du béton commandé. De nombreuses critiques ont toutefois entraîné une révision approfondie de cette norme. Le numéro 68 de CSTC-Contact a consacré un article pour un annoncé un dossier sur le sujet.

 

La norme européenne NBN EN 13791 fournit des procédures de mesure ainsi que des critères permettant d’évaluer la résistance en compression du béton sur site. Cette norme couvre deux cas de figure, à savoir :

  •  l’estimation de la résistance caractéristique d’éléments en béton. Cette procédure est effectuée en cas de réaffectation ou de rénovation d’une structure en béton existante, lorsqu’on ne connaît pas la résistance en compression
  • l’évaluation de la classe de résistance à la compression d’un béton livré et mis en œuvre par rapport à celle du béton commandé. Cette procédure est lancée lorsqu’un doute existe concernant la résistance en compression du béton fourni ou la qualité d’exécution (ajout d’eau sur chantier, absence de protection du béton en période hivernale, …), autrement dit lorsque la classe de résistance en compression commandée est connue, mais que l’on souhaite vérifier si elle est correcte. C’est cette procédure qui est partiellement présentée dans l'article publié dans CSTC-Contact.

En cas de litige, la méthode d’évaluation consistait jusqu’à présent à réaliser des mesures directes de résistance en compression sur carottes. La version révisée de la norme ne considère plus cette méthode comme seule référence. Elle autorise désormais la combinaison de ces mesures avec des mesures indirectes, telles que des essais non destructifs d’indice de rebondissement réalisés à l’aide d’un scléromètre.

(...)

Essais au scléromètre en combinaison avec des essais sur carottes

L’auscultation au scléromètre révèle les variations de dureté de la surface du béton et sert à identifier les parties de la zone d’essai où il convient de prélever des carottes. Les résultats des indices de rebondissement ne sont donc pas utilisés pour calculer une résistance en compression. De nombreuses mesures d’essais indirects sont à réaliser si l’on souhaite réduire le nombre de carottages. Cette combinaison d’essais présente peu d’intérêt lorsque les volumes sont faibles.

Lisez la totalité de cet article aux pages 4-5 du CSTC-Contact 68 (2020-02)

Source : CSTC Contact 2020/2 (n°68), pp. 4 et 5.

 

Source: CSTC-Contact

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage