Une chapelle historique désacralisée au chauffage moderne et confortable

En novembre, le ‘Holy Food Market’ a ouvert ses portes à Gand, après trois longues années de rénovation et de restauration. Un nouveau haut lieu culinaire incontournable a ainsi vu le jour dans l’ancienne chapelle cistercienne du site de Baudelo, sur la place du Vrijdagmarkt (Marché du Vendredi). La contrainte était toutefois de respecter le caractère originel du bâtiment classé. Afin d’équiper ce cadre splendide, mais non conventionnel, d’un chauffage intelligent et confortable, le choix s’est porté sur un chauffage par le sol Viega, associé à un système de pilotage inégalé.

 

La chantier de la chapelle de Baudelo, sur l’Ottogracht de Gand, est terminé, trois ans après que l’investisseur Jean-Pierre Bogaert ait démarré ce projet ambitieux. Pendant tout ce temps, le Service des monuments historiques a suivi minutieusement le projet, afin que la fonction de restauration pour 500 à 600 visiteurs respecte le cadre historique de la chapelle. Détail intéressant : cette dernière a vu le jeune W.A. Mozart, alors âgé de 8 ans, y donner des concerts de piano. Le Holy Food Market s’inspire des halles aux produits alimentaires telles qu’on les trouve à Barcelone, Rotterdam et Copenhague : une sorte de marché couvert où l’on peut trouver différents stands de nourriture et goûter toutes sortes de gourmandises. Sur les côtés seront implantés 12 stands de restauration, ou ‘food stands’, avec, au centre de l’espace, une zone de places assises autour de grandes tables.

 

Réagir de façon souple aux besoins

Le concept du Holy Food Market nécessitait une installation de chauffage flexible. « D’une part, parce que les endroits où l’on cuisine doivent pouvoir être moins chauffés que la zone centrale », explique Jean-Pierre Bogaert. « D’autre part, parce qu’en cas de changement futur de destination du local, on doit pouvoir chauffer de façon identique, partout dans la chapelle ». Il fallait donc pouvoir régler les différentes zones séparément et de façon flexible, afin d’assurer le confort des visiteurs, des cuisiniers et du personnel.

L’entreprise PeKo, d’Oost-Eeklo, en charge de tous les lots techniques du site, a donc installé, avec l’aide du fabricant Viega, un système de plancher chauffant. « Les gens s’étonnent parfois : comment peut-on chauffer un local de 16 m de haut avec un chauffage par le sol ? », nous confie Peter Weterings de PeKo. « Mais c’est précisément l’astuce : ce n’est pas nécessaire du tout. Il suffit d’une chaleur rayonnée à ‘hauteur d’homme’, soit environ 1,80 m. Avec des radiateurs normaux ou des convecteurs, il aurait fallu, en effet, installer des ventilateurs pour ‘rabattre’ sans cesse l’air chaud ambiant. C’est donc moins confortable et moins économe en énergie. » Le plancher chauffant ‘invisible’, aide aussi à conserver le caractère authentique du bâtiment », ajoute Jean-Pierre Bogaert. « Avec des éléments visuels ‘perturbateurs’, cela aurait été bien sûr moins facile. »

 

Confort d’installation

« Cela fait déjà 2 ans que nous sommes là, mais le chauffage par le sol a pu être pratiquement posé en un seul jour, avec une longueur totale d’environ 3.000 m de tuyau. Un seul jour, mais quand même très long » plaisante Peter Weterings. « C’est très certainement grâce la grande souplesse du tuyau en polybutène (PB). Avec un autre matériau, tel que le PEX (polyéthylène réticulé), nous n’y serions jamais arrivés. » Les tuyaux en PB, de Fonterra, sont agrafés à la main, sur un système nommé tacker, sur des plaques isolantes synthétiques. « Ils sont raccordés aux collecteurs avec une machine à sertir, ce qui présente moins de risques d’endommager le tube que d’autres techniques. »

Les collecteurs placés aux deux extrémités de la chapelle assurent que la distance de chaque circuit reste franchissable. La surface de 700 m2 a été ainsi répartie en rectangles de 8 mètres sur 12, séparés par des joints de dilatation. « Viega nous avait beaucoup aidés en faisant le plan d’implantation. C’est un gros avantage de pouvoir ainsi collaborer avec le fournisseur », affirme Peter. « Vous avez beau poser mille fois du plancher chauffant, chaque chantier est quand même différent. Et l’assistance du fabricant fait toujours une grosse différence. Avec un plan détaillé, des conseils sur place, etc. »

 

Un système de régulation permettant jusqu’à 15% d’économies d’énergie supplémentaires

Pour Viega, le site de Baudelo constitue également une primeur, en Belgique, pour le nouveau système de régulation Fonterra Smart Control. C’est le premier système de chauffage par le sol qui mesure également la température de retour de chaque circuit et y réagit de façon souple. Un actionneur dialogue, via la sonde de température, avec le module de gestion. Ainsi, le système Fonterra Smart Control réagit immédiatement à la demande de chauffage. En certains endroits, par exemple près d'une grande fenêtre laissant bien pénétrer la chaleur du soleil, ou près d’un feu ouvert, la température de retour du circuit correspondant sera plus élevée.

Le système analyse alors le besoin de chauffage en fonction de la température ambiante, celle de départ et celle de retour, et ajuste les circuits en ouvrant ou en fermant les vannes de façon précise. Il n’est plus question d’une régulation par tout ou rien, ouvert ou fermé. Outre les 20% d’économies d’énergie attribuables, de base, au plancher chauffant, on économise ainsi entre 10 et 15% d’énergie supplémentaires. La communication entre l’unité centrale et les thermostats (et/ou le réseau domestique) se fait entièrement sans fil. Le gestionnaire peut ainsi, à tout moment, rectifier à distance les circuits individuels.

Partager cet article:

Nos partenaires