B-architecten et Osar désignés pour la conception du futur bâtiment central de la police bruxelloise

Les bourgmestres de Bruxelles et d’Ixelles ont annoncé la désignation des bureaux d’architecture B-architecten et Osar architects pour la conception du futur bâtiment De Ligne lors d’une conférence de presse. Le bâtiment existant – qui a été conçu par Marcel Lambrichts – constitue le point de départ d'une réinterprétation énergétiquement neutre qui prépare le bâtiment pour l'avenir.

 

La zone de police Bruxelles-Ixelles est la plus grande du pays en terme de territoire. Des milliers de policiers y travaillent chaque jour. Ce projet vise la construction d’un commissariat central ultra-moderne, bien équipé et à proximité immédiate du centre-ville. « En plus d’offrir les meilleures conditions de travail possibles à nos policiers, l’infrastructure est aussi pensée pour que les citoyens soient mieux reçus, ce qui est un enjeu tout aussi essentiel que la modernisation des infrastructures », explique Philippe Close, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

 

Réinterprétation neutre du point de vue énergétique

« Le bâtiment de la police De Ligne à Ixelles a l'air petit, mais possède une surface importante. La nouvelle conception en profite en préservant la structure – un choix durable qui évite les déchets de démolition. Le puzzle que l'architecte Marcel Lambrichts a si soigneusement élaboré dans le passé constitue donc le point de départ d'une réinterprétation neutre sur le plan énergétique qui prépare le bâtiment pour l'avenir », affirme l'équipe de conception. 

Le sous-sol sera réaménagé en parking et point de départ des agents appelés en intervention. Une rampe enjambe trois niveaux du bâtiment et sépare les différentes entrées et flux d'utilisateurs. Un nouvel étage supérieur, la "couronne", est ajouté pour héberger la direction générale et le dispatching, les toits devenant des jardins ou des espaces pour les énergies renouvelables.

Le projet comprend une nouvelle façade pour le bâtiment, actualisant son identité visuelle et reliant l'ancien et le nouveau, le haut et le bas de Bruxelles. Cette façade sera ornée, dans sa partie supérieure, d'une végétation luxuriante qui contribuera à lutter contre le stress thermique dans le centre-ville et sera un atout pour la biodiversité de la ville. Accessible et claire, l'entrée pour le public sera reliée au centre historique de la ville, et conduira à un noyau avec ascenseurs et escaliers par une autre entrée urbaine mais sûre et à taille humaine. De cette façon, le nouveau bâtiment De Ligne sera un lien important entre la ville haute et la ville basse et une maison ouverte pour les citoyens et les policiers. 

 

Transformation ambitieuse

« Nous sommes très heureux de l’attribution de ce projet à B-architecten et Osar. B-architecten a déjà fourni un travail incroyable pour la trasnformation de l’ancienne Gare de Laeken en lieu culturel. Ici le projet vise la transformation d’une ancienne banque en bureaux sur-mesure et ultra-modernes pour la police. La transformation est donc encore plus ambitieuse et complexe ! », indique Lydia Mutyebele Ngoi, Echevine du Patrimoine Public et de la Régie foncière. « Le projet vise aussi la réutilisation maximale du bâti existant et s’inscrit dans une démarche durable, en suivant le concept, pointu, de « Trias Energetica ». Ce qui se traduit concrètement par une série d’infrastructures telles que chauffage par pompe à chaleur air‐eau réversible, panneaux photovoltaïques, récupération de l’eau de pluie, etc. »

 

Plus-value pour la zone de police

« Pouvoir disposer d’un master building centralisant la grande majorité des services tant opérationnels qu’administratifs de notre zone de police constitue une plus-value indéniable notamment en termes de maximisation des collaborations internes et, dès lors, d’efficacité de nos actions. Cette centralisation aura 4 grands avantages : professionnalisation de nos missions et interventions au service du citoyen ; bien-être de notre personnel qui pourra évoluer dans un environnement professionnel sécurisé doté des technologies de pointe, rationalisation de nos ressources immobilières et matérielles ainsi qu’une diminution non négligeable de notre empreinte écologique », conclut Michel Goovaerts, Chef de corps de la zone de police Bruxelles CAPITALE Ixelles.

 

Occupation temporaire

En attendant que les travaux débutent, en 2023, le bâtiment va accueillir temporairement l’asbl culturelle « Arty-Farty ». La Ville de Bruxelles entend en effet lutter contre les biens inoccupés et ne laisser aucun bâtiment vide. 

Source: Stad Brussel, B-architecten
Partager cet article:

Nos partenaires