Revêtements de plafond et débords avec des plaquettes

‘Michel-Ange et la chapelle du pape’, tel est le titre de l’ouvrage historique fascinant de Ross King consacré à la réalisation des fresques du plafond de la Chapelle Sixtine par Michel-Ange. Si les constructions en porte-à-faux en architecture ne peuvent évidem-ment pas présenter un tel passeport artistique, elles offrent toutefois à leur manière des possibilités esthétiques et fonctionnelles très intéressantes. Les plaquettes de brique forment la solution idéale pour leur finition.

 

Profondeur et rythme

Du point de vue architectural, un porte-à-faux ou débord permet de conférer davantage de profondeur et de rythme à la façade grâce à une alternance et une interaction bien étudiées entre les surfaces et les volumes. Certains détails, comme des sources d’éclairage stratégiquement positionnées, pourront renforcer cet effet et donner au paysage urbain, en soirée, une toute nouvelle dimension jusqu’alors inconnue. Les porte-à-faux permettent également de susciter la curiosité, de guider les visiteurs dans la bonne direction et d’accueillir chaleureusement les hôtes à leur arrivée. Enfin, ils adoucissent la transition entre l’intérieur et l’extérieur ainsi qu’entre les espaces strictement privés et les endroits davantage dédiés à la rencontre.

Abri

Les possibilités fonctionnelles d’un porte-à-faux sont légion. Outre le sentiment de bienvenue susmentionné, les visiteurs ou invités pourront également sonner à la porte sans rester sous la pluie. Un porte-à-faux protègera la façade et les ouvertures de cette façade contre les intempéries et pourra, moyennant une implantation réfléchie, contribuer de manière importante à lutter contre la surchauffe en été. En hiver par contre, le porte-à-faux permettra au soleil bas de pénétrer partiellement à l’intérieur, de telle sorte que les utilisateurs ou occupants pourront bénéficier du rayonnement thermique passif et donc écoénergétique. Cette fonction de régulation solaire constructive ne fera que gagner en importance à l’avenir, vu la fréquence de répétition escomptée des vagues de chaleur et le coût de l’énergie, et rendra superflues des installations disgracieuses sur la façade. À l’intersaison, cet abri sera également le bienvenu pour s’y imprégner de l’atmosphère extérieure sans être directement exposé aux éléments.

Fresques céramiques

Tant sur le plan technique qu’esthétique, les porte-à-faux nécessitent une finition correcte avec des matériaux esthétiques, durables, qualitatifs et nécessitant peu d’entretien. Grâce à leur légèreté et à leurs qualités intrinsèques, les plaquettes constituent ici le choix approprié. Elles pourront aussi parfaitement s’utiliser pour revêtir des plafonds.

Pratiquement toutes les briques de parement de la gamme Terca sont disponibles sous forme de plaquettes, rendant ainsi accessible une palette infinie de couleurs, de textures, de dimensions, de motifs, de propriétés tactiles, de méthodes de mise en œuvre, d’appareillages et de détails. Plaquettes collées ou maçonnées, dans des appareillages voyants, nuancées ou résolument d’une seule et même teinte, tout est possible. Les architectes pourront ainsi utiliser un seul matériau pour créer un volume monolithique où la façade et le porte-à-faux formeront un seul et même ensemble à l’identité fortement marquée. Avec un résultat pratiquement impossible à distinguer d’une finition avec des briques de parement conventionnelles.

Finition technique

En parlant des briques de parement conventionnelles, les plaquettes possèdent les mêmes qualités. En d’autres termes, elles sont indéformables, incombustibles, robustes, faciles à entretenir et résistantes au gel. Grâce à leur faible épaisseur, elles se sentiront donc parfaitement  à l’aise au plafond ou sur une construction en porte-à-faux. Des plaquettes d’angle et des plaquettes de semelle d’angle garantiront une jonction parfaite entre la façade et le porte-à-faux exécutés avec des plaquettes. 

Source: Wienerberger
Partager cet article:

Contactez Wienerberger

Nos partenaires